Projet d’École

    Le projet pédagogique qui a présidé à la création de l'École est toujours d’actualité.
    Il se fonde sur une conception de l’architecture comme l’acte de transformation de la ville et du territoire.
    A l'ère de l’anthropocène, l'ambition de l'École est de prendre toute la mesure des préoccupations environnementales et technologiques contemporaines, afin d'accompagner les mutations professionnelles et les défis sociétaux qu'elles impliquent. Par ses activités de formation et de recherche, elle se positionne comme une ressource stratégique de production et de diffusion de la connaissance au service des politiques publiques qui façonnent l'architecture, la ville et le territoire.

    Ancrage territorial

    Campus

    L'École tire parti de la synergie qu'engendre la concentration d'un nombre important d'établissements académiques sur son campus. Cette proximité et les habitudes de travail construites au fil des ans a pour conséquence positive d'avoir permis de nouer des liens solides et de plus en plus étendus avec les établissements d'enseignement supérieur et de recherche du site. Pour les années à venir, en plus du renforcement de ces partenariats pédagogiques et scientifiques, l’École prendra part à une réflexion conjointe sur la recomposition nationale des sites d’enseignement et de recherche qui conditionne son avenir.

    Aux côtés de ses partenaires (ESIEE, Ecole des ponts ParisTech, UPEM, EIVP …)l'École participe aujourd'hui au projet FUTURE, un ambitieux projet scientifique labellisé I-SITE qui porte sur la ville durable, économe et résiliente, au sein duquel elle souhaite défendre l’Architecture. Au-delà de cet objet complexe qu’est la ville, elle souhaite poursuivre son engagement dans la transformation de l’ensemble des territoires, quelle que soit leur nature, en tant que produits des instances politiques, sociales, culturelles et juridiques.

    Grand Paris

    C'est avec l'appui des écoles d’architectures franciliennes et plus particulièrement avec l'ensa Paris-Malaquais et l'ensa Paris-Belleville associées à la Comue qu'elle compte ...
    EUR ?

    International

    Intensifier les relations avec des partenaires internationaux ciblés

    Nos spécificités pédagogiques, la notoriété de nos enseignants ainsi que le potentiel que représente notre situation au sein d’un campus universitaire sur les thématiques de la ville sont des atouts incontestables pour le rayonnement international de l'Ecole.

    Aujourd’hui la stratégie qui guide nos relations européennes et internationales va dans le sens d'une intensification des projets pédagogiques et de recherche avec les universités et écoles qui partagent et complètent nos ambitions.

    La création prochaine d’un double Diplôme avec l’université d'architecture Diego Portales au Chili accompagne ce renforcement.

    Défis sociétaux

    Le projet pédagogique qui a présidé à la création de l'École est toujours d’actualité. Il se fonde sur une conception de l’architecture comme l’acte de transformation de la ville et du territoire.

    L’école met en avant une vision transversale de l’architecture en interaction avec l’urbanisme, le paysage et l’ingénierie tout en se confrontant aujourd’hui à de nouveaux enjeux professionnels et sociétaux auxquels elle souhaite répondre.

    À travers ses travers ses activités de formation et de recherche, l’École anticipe et accompagne les mutations engendrées par la transition numérique et écologique et propose de réviser la manière dont elles engagent une nouvelle appréhension de l'architecture.

    Intégrer les enjeux de la transition environnementale à la formation et à la recherche

    À l’heure de la raréfaction des matières premières et des énergies, aux crises économiques et sociales, nous considérons que l’industrie du bâtiment, domaine d’activité vorace en énergie et en matières, doit rompre avec les paradigmes existants. La conception et l’enseignement de l’architecture sont, à l’évidence, des leviers décisifs de cette transition.
    Nous portons donc une attention particulière à l'actualisation de nos programmes pédagogiques et de recherche afin d'intégrer ces « conditions énergétiques » actuelles et futures.
    L'École installe ainsi dans l’ensemble du cursus des études d'architecture un enseignement exploratoire et novateur sur les questions énergétiques, rapporté aux questions du territoire, de la construction, de l’économie de moyens et du confort. Cela nous amène à accueillir une nouvelle génération d’enseignants portant cette ambition.

    Répondre aux enjeux de la transition numérique

    Les technologies de l'information et de la communication transforment profondément tous les aspects de nos sociétés, jusqu’à nos vies personnelles. La diffusion massive des outils numériques dans l'industrie du bâtiment met en évidence la nécessité de les comprendre et d’apprendre les modes de travail qu’ils permettent, et ce pour tous les acteurs de la construction, architectes compris. Aujourd'hui, les architectes semblent pourtant se trouver en bout de chaîne et vivre les avancées de ce domaine sans en être partie prenante.
    L’enjeu est donc de comprendre comment ces nouveaux outils transforment et peuvent assister la pratique de l'architecture, de l'urbanisme et de l'aménagement du territoire, non seulement au point de vue pratique mais aussi au point de vue théorique.
    Pour les années à venir, l'École souhaite définir, partager, construire et mettre en œuvre une stratégie pédagogique à long terme concernant les relations que peuvent entretenir architecture et méthodes numériques, et leur enseignement dans toutes leurs manifestations, à différentes étapes du projet et à plusieurs échelles d’intervention.

    École ressource

    Recherches et expertises au service des politiques publiques territoriales
    Au-delà de son lieu physique et de son programme d’enseignement proprement dit, L'École souhaite continuer à positionner comme un site de production :

    • dématérialisé, de post-production et de diffusion du savoir.
    • ancré dans le réel, en étant acteur de la transformation physique et urbaine du campus et en se posant comme lieu de ressources pour l’environnement de l’école (collectivités, campus, etc.).

    En plus de la formation initiale d'architecte qu'elle propose, la formation continue ainsi que les deux formations de troisième cycle de l’École : le DSA d’architecte-urbaniste et le DPEA Architecture post-carbone ont l’ambition d’être l’interface de l’établissement avec les milieux socio-économiques. Les études qui sont conduites en leur sein, commanditées par des collectivités territoriales, des institutions publiques ou des organismes privés poursuivent le double objectif d’être un support pédagogique innovant pour les étudiants (tous déjà architectes ou paysagistes) qui ont, ainsi, la possibilité de travailler sur des situations réelles, et d’autre part, d’ancrer l’École dans des problématiques contemporaines en assurant une mission d’expertise au service des politiques publiques territoriales notamment.

    L’École, est engagée dans la création de deux chaires :
    1- la première liée aux questions de la matière et des ressources en engageant un programme de recherche sur le sujet en collaboration avec les acteurs du campus (école des Ponts, CSTB, notamment).
    2- la deuxième sur le littoral. Fort de l’expertise acquise par le DSA d’architecte-urbaniste à travers une dizaine d’études réalisées pour des collectivités territoriales en métropole et outre-mer, l’idée d’une chaire associant trois autres ENSA (Normandie, Bordeaux et Montpellier), le Plan urbain construction architecture (PUCA) et la Direction générale de l'aménagement, du logement et de la nature (DGALN) est largement avancée.

    Vie étudiante

    dynamiser la vie étudiante en confortant l’existence et le fonctionnement du Conseil de la vie étudiante, instance d’échange, de relais et de communication entre les différentes communautés de l’École et en encourageant les initiatives associatives étudiantes
    Cela passera également par la création d'un parlement étudiant.

    • favoriser la réussite étudiante en renforçant le monitorat/tutorat pour permettre aux étudiants en difficulté scolaire de se remettre à niveau, en consacrant une partie du temps d’un ou deux enseignants à la pédagogie du tutorat sur l’ensemble du premier cycle et en poursuivant l’aide aux étudiants en difficulté via le fonds d’aide d’urgence de l’École.

    • Valoriser le métier d’architecte dans toutes ses pratiques en favorisant l’insertion professionnelle notamment par le biais du dispositif Echelle 1, une pépinière d’entreprises qui met à disposition de jeunes architectes sélectionnés un local, du matériel et un accès à des conseils professionnels et des sessions de formation.

    • Assurer la démocratisation de l’enseignement en proposant en priorité aux étudiants en difficulté financière d’être recrutés en tant que moniteurs.

    -Valoriser des travaux étudiants : diffusion de projets, travaux théoriques, mémoires. Cette valorisation rejoint l‘idée d’une pédagogie plus ouverte à la reconnaissance des contenus des travaux étudiants, en master, notamment pour fonder les partenariats que l’École entend nouer avec des organismes extérieurs.

    Pour recevoir des informations de l’Éav&t, vous pouvez vous inscrire à notre newsletter.
    Vous pouvez également nous retrouver sur Facebook.